En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

VIDEO. NEO-Shield, le bouclier anti astéroïdes pour protéger la terre

Edité par
le 08 février 2013 à 11h11 , mis à jour le 20 février 2013 à 16h22.
Temps de lecture
4min
Neoshield, le bouclier anti-astéroïdes en animation 3D
A lire aussi
TechniquesL'astéroïde 2012 DA14 va passer à moins de 28 000 km de la Terre le 15 février. A priori aucun risque de collision pour cette fois, mais une quinzaine de laboratoires européens, russes et américains, et plusieurs industries travaillent depuis l'année dernière à un programme pour dévier les objets célestes qui pourraient dans l'avenir percuter la Terre.

On les appelle des géocroiseurs. Ce sont des gros cailloux qui flottent dans l'espace et qui coupent à intervalles réguliers l'orbite de notre planète. Certains ont été estimés potentiellement dangereux et pourraient un jour venir heurter la Terre, dans les 10 000 prochaines années. Cela s'est déjà produit dans le passé. Le 30 avril 1908, un bloc d'environ 20m de diamètre s'est désintégré dans l'atmosphère au-dessus de la Toungouska, en Sibérie centrale, dégageant une énergie équivalente à 1000 bombes d'Hiroshima. Les dinosaures ne sont plus là pour nous raconter l'impact survenu il y a 65 millions d'années dans la péninsule du Yucatan au Mexique, le cataclysme qui a suivi leur a couté la vie. Et la trace laissée par le Meteor Crater en Arizona (1,5km de diamètre pour 200m de profondeur) nous montre bien ce qu'un bloc de 50m de diamètre peut déclencher en nous tombant dessus.

Une quinzaine de laboratoires européens, russes et américains, et plusieurs industries ont donc décidé l'année dernière de lancer un programme d'étude financé par la Commission européenne pour trouver un moyen d'éviter l'impact d'un objet filant droit vers la Terre. Ce projet, confié à Astrium, et  baptisé NEO-Shield (Near Earth Objects),  étudie trois scénarios de protection.

Une sonde pour dévier la trajectoire. Le premier scénario consiste à faire dévier le corps céleste par l'attraction d'une sonde volant en formation avec lui. Une fusée viendrait se placer à côté de l'astéroïde et volerait parallèlement pendant plusieurs années. La gravité ainsi induite dévierait tout doucement la trajectoire de l'objet, un peu comme un remorquage. C'est  le projet le plus simple à mettre en place, à condition toutefois que le géocroiseur soit détecté suffisamment tôt plusieurs années avant son arrivée dans la banlieue de la Terre.


Un engin à grande vitesse.  Le deuxième scénario consisterait à envoyer un engin à très grande vitesse percuter la surface de l'astéroïde de façon à le dévier, un peu comme une boule de billard qui vient en frapper une autre pour la faire avancer dans la direction du trou. C'est le projet qui semble le plus prometteur aux scientifiques, mais il est compliqué à mettre en place car il nécessite de calculer très précisément la trajectoire de l'astéroïde, la trajectoire de l'impacteur, sa vitesse d'impulsion, et la gestion d'éventuels débris qui en naitrait. Une partie de billard à l'échelle cosmique.


Une charge nucléaire. Le dernier scénario envisagé est le plus délicat et ne devrait être utilisé qu'en dernier recours : l'envoi d'une charge nucléaire que l'on ferait exploser à proximité de l'astéroïde pour que l'onde de choc modifie sa trajectoire. Cette solution de la dernière chance serait appliquée dans le cas où le géo croiseur serait détecté trop tard pour être dévié.
Dans tous les cas de figure, cette protection de notre planète ne va pas se jouer dans la proche banlieue de la Terre, mais à des millions de kilomètres. On parle donc ici de mission qui dureront plusieurs années, voire décennies.
D'où l'intérêt de garder un œil sur l'univers et de détecter les astéroïdes le plus tôt possible. Durant le deuxième semestre 2013, la mission GAIA décollera de Kourou . Ce satellite a pour objectif principal d'établir la carte la plus précise possible d'un milliard d'étoiles de notre galaxie. Il va également surveiller les astéroïdes et leurs trajectoires.

Tous ces projets vont demander plusieurs années pour être mis en place. Certaines des technologies qui seront nécessaire pour cela n'existent pas encore. Heureusement, l'Armageddon n'est pas prévue pour tout de suite. Les objets célestes recensés ne devraient pas se montrer menaçants avant au moins un siècle. Mais mieux vaut être prêts à les recevoir si notre civilisation ne veut pas subir le sort des dinosaures.
 
>>> A lire aussi : l'astéroïde 2012 DA 14 va frôler la terre, la Nasa rassure

>>> A lire aussi : la chute d'une météorite a bien été fatale aux dinosaures

>>> A lire aussi : riches en métaux, les astéroïdes attisent les convoitises

Commenter cet article

  • erichiller : Cailloux plus que millénaires ? Beaucoup sont vieux de plusieurs MILLIARDS d ' années !

    Le 08/02/2013 à 23h46
  • moodzy : En même temps, si on ne fait rien, la vie sur terre disparaît. Autant tenter quelque chose, rien de véritablement pire peut arriver...

    Le 08/02/2013 à 17h20
  • riviera13 : Il suffit simplement que Montebourg s'en occupe et le cailloux ratera la terre!

    Le 08/02/2013 à 15h04
  • bad-karma : Vu nos petits moyens humains à coté de ces gros cailloux plus que millénaires, il y a de fortes chance qu'on ne puisse pas grand chose actuellement....... d'autant qu'impacter une astéroïde peut aussi le dévier du mauvais coté.....l'homme va encore essayer de se frotter à la nature... qui reprendra ses droits de toutes façons...

    Le 08/02/2013 à 13h48
  • grotroll : Il ne manque plus Bruce Willis et Michael Bay, et on est bon !! sus aux gros cailloux, banzai !!!

    Le 08/02/2013 à 11h58
      Nous suivre :
      Dark Vador en campagne pour les élections législatives ukrainienne

      Dark Vador en campagne pour les élections législatives ukrainienne

      logAudience