En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Air nauséabond pour les salariés des parkings couverts

Edité par
le 23 juillet 2010 à 13h35
Temps de lecture
3min
A lire aussi
SantéTravailler dans des parkings couverts s'avère particulièrement nocif pour la santé, en matière de pollution de l'air, a constaté l'Agence nationale chargée de la sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail (Anses).

S'appuyant sur une enquête réalisée dans 292 parcs répartis dans 68 villes, l'Anses a conclu que l'ensemble des activités dans les parkings "engendre des risques sanitaires notables liés à la pollution chimique de l'air ambiant".

L'exploitation des parcs et le nettoyage de véhicules sont les activités pour lesquelles la durée du travail, et donc d'exposition, est la plus élevée. Ainsi à l'exploitation, le temps passé en dehors de l'accueil, soit en dehors du local équipé d'une ventilation mécanique indépendante, s'élève à plus de 30% de la journée de travail pour 90% des travailleurs. Les salariés peuvent être exposés au monoxyde de carbone (risque de diminution de l'oxygène disponible dans le sang), au dioxyde d'azote (effets sur le système respiratoire) et au benzène (cancérogène).

L'Anses, dont le rôle est de conseiller les autorités dans l'élaboration des lois et règlements sur les risques sanitaires, recommande d'"évaluer" et d'"améliorer" la qualité de l'air dans ces parcs, au nombre de 2.000 en France métropolitaine, selon un avis rendu mercredi. Si une qualité de l'air satisfaisante ne peut être assurée, l'agence demande de ne pas autoriser les activités non indispensables. Elle prône aussi un renforcement du suivi et de l'encadrement des activités dans ces parcs.
 
L'Afsset avait été saisie du dossier en avril 2008 par le ministère du Travail, alors que le nombre d'employés oeuvrant dans les parcs devait croître. Environ 8.000 personnes travaillent à leur exploitation (accueil, surveillance...), 6.000 à l'entretien et la maintenance et 700 au nettoyage de véhicules, a calculé l'Anses. Le nombre de salariés affectés à l'exploitation tend à diminuer du fait de l'automatisation des systèmes de paiement et du développement de la télégestion. En revanche, les services aux usagers (location de véhicules, nettoyage...) connaissent un essor.

Commenter cet article

  • henri_bambelle : Nul énarque n'aurait pu imaginer que ça pue dans les parkings : les hauts fonctionnaires garent leur voiture dans la cour de l'Elysée ou du ministère. Il fallait donc commander une étude pour constater ce que le citoyens déplore depuis fort longtemps.

    Le 23/07/2010 à 16h34
  • yenamrre : Tiens il fallait une enquête pour ce constat ?

    Le 23/07/2010 à 13h59
      Nous suivre :
      Dark Vador en campagne pour les élections législatives ukrainienne

      Dark Vador en campagne pour les élections législatives ukrainienne

      logAudience