En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Internet et santé : les liaisons dangereuses

Edité par
le 14 octobre 2010 à 09h11
Temps de lecture
3min
Fondation pour la santé sur internet

Fondation pour la santé sur internet / Crédits : TF1/LCI

A lire aussi
Santé Souvent considéré avec méfiance par les médecins, internet est pourtant de plus en plus utilisé par des patients potentiels en quête d'information sur telle ou telle maladie. Pour se retrouver dans la jungle du web, il existe un label, mais il reste peu connu du grand public.

Je tousse : serait-ce le premier signe d'un cancer du poumon ? Ces palpitations du coeur qui me saisissent à la vue de ma douce et tendre, serait-ce un indice de maladie cardiaque ? Vite, internet : il y aura bien un site médical qui saura me rassurer... Anxieux, hypocondriaques, phobiques divers ou simplement patients soucieux de s'informer, nous sommes de plus en plus nombreux à avoir recours aux bons services du docteur Web. Oui mais voilà, le plus souvent, au lieu de rassurer, sites de conseils divers et autres forums ne font que conforter les plus inquiets dans leur certitude d'avoir contracté telle ou telle maladie rare ou exotique et décorative, qui ne s'achève généralement que par une mort excessivement pénible...

Les médecins, en particulier les plus âgés, généralement moins familiers des nouvelles technologies, sont parfois agacés de recevoir des patients persuadés de savoir ce qu'ils ont et comment on doit les soigner. Internet "est un outil à double tranchant", explique ainsi William Eclancher, généraliste, webmaster d'Entremed.fr et membre de l'association des Médecins Maîtres-Toile. "Quand un patient arrive au cabinet avec une information erronée, c'est parfois difficile de le faire changer d'avis. Toute information de mauvaise qualité est potentiellement dangereuse ou du moins anxiogène. Elle peut être un frein dans la qualité de la relation avec le patient, dans le message à transmettre". Il suffirait presque de taper le nom de n'importe quelle maladie, associé au mot "symptômes", sur un moteur de recherche, pour se découvrir malade ! Chargé des systèmes d'information en santé au Conseil national de l'Ordre des médecins, le Dr Lucas plaide pour une plus grande implication des médecins sur la toile. "Nous disons aux médecins : vous ne retiendrez pas l'eau du fleuve, alors, entrez dans le fleuve et produisez vous-mêmes vos sources d'informations". Il estime également que le label de certification HONCode, mal connu du public, est "une bonne avancée", même s'il est encore perfectible.

Cherchez le petit carré bleu, blanc, rouge et noir...

Pour ne pas rester piégés dans les filets de la Toile, il existe en effet des labels. Quelque 900 sites internet français dédiés à la santé sont ainsi labellisés par la Fondation HON (Health On the Net), organisme certificateur suisse agréé par la Haute autorité de santé. Le label HONCode, qui peut aussi s'appliquer aux forums de discussion traitant de santé, vise à aider l'internaute à identifier les sites de confiance.

Prévue par la loi du 13 août 2004 portant sur l'assurance maladie, la certification des sites internet santé a été confiée par la HAS à la fondation non gouvernementale suisse HON, en novembre 2007. Pour savoir si un site est certifié, il suffit de chercher s'il a le petit carré bleu, blanc, rouge et noir du HONCode. En cliquant dessus, l'internaute accède à l'attestation HON qui garantit le respect d'un certain nombre de principes de bonne conduite. Le label HON est hébergé par la Fondation qui peut le modifier à distance. Il peut être retiré à tout moment. Le site doit notamment indiquer la qualification des rédacteurs (médecins, journalistes....) et préciser que l'information fournie ne remplace pas la relation patient-médecin. La source des informations publiées doit être citée et les pages datées, toute affirmation sur les bienfaits ou inconvénients de produits ou traitements doit être justifiée. Confidentialité, transparence du financement, séparation de la publicité et du rédactionnel sont également exigées. Le webmestre doit être identifié et une adresse de contact fournie.

Commenter cet article

  • mockshu : Jeune médecin trentenaire, j'estime que, pour l'instant, les sites dédiés aux maladies doivent surtout apporter des conseils pratiques aux patients dans leur parcours de soin de tous les jours. Un bon médecin sera (ou doit être) suffisamment pédagogue pour donner aux patients une information claire et adaptée à l'INDIVIDUALITE de son cas. Un même cancer d'organe (sein par exemple) ne sera pas du tout traîté de la même façon entre deux individus différents. L'un pourra être guéri, l'autre mourra même si ce sont deux cancers du sein à la base. La véritable difficulté, à l'heure actuelle, est que nous avançons vers une médecine où chaque patient devient unique avec un traitement adapté spécifiquement, alors qu'internet ou les forums apportent des généralités pour être compréhensible. Pour les maladies graves, la charge d'anxiété peut être énorme et amener à des idées préconcues du patient vis-à-vis du traitement proposé...à sa décharge au final... L'information, oui, mais avec les clés pour comprendre!!! et internet ne peut pas prendre en compte toutes les données du patient (environnement, contexte social, facteurs de risque, antécédents, sous-type de maladie, stade d'avancé de la maladie...) pour être pertinent à apporter une réponse adaptée à chaque cas.

    Le 14/10/2010 à 13h46

      Leila, Liina et Lily, ces triplettes en route pour Rio

      logAudience