En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Le meilleur remède contre la somnolence au travail c'est... la sieste


le 09 octobre 2010 à 19h17
Temps de lecture
3min
Image d'illustration

Image d'illustration / Crédits : TF1/LCI

Santé"Faire une sieste diminue le risque de faire des erreurs" au travail, avance un médecin somnologue , qui préconise 20 minutes de sieste quotidienne.

Vingt minutes de sieste, et tout repart. Une sieste à la mi-journée est un remède contre la somnolence au travail, assure Eric Mullens, médecin somnologue  et responsable du Laboratoire d'exploration du sommeil d'Albi (Tarn), lors d'une manifestation "Mémoire et sieste" à la Cité de l'espace de Toulouse. Les expériences menées dans des entreprises ont démontré une nette  amélioration de la capacité d'écoute, d'attention, de l'humeur chez les salariés  faisant une courte sieste. Ils sont plus capable d'assumer leur travail, plus en  forme et les périodes de somnolence diminuent.

"La sieste n'est pas réservée aux fainéants, la sieste c'est un traitement qui consiste à traiter la dette de sommeil. Faire une sieste diminue le  risque de faire des erreurs, de somnolence", explique le médecin, à l'occasion  du festival La Novela (1er-17 octobre), qui ambitionne de faire partager les savoirs scientifiques. "Vingt minutes, c'est le temps suffisant pour se déconnecter, et entrer dans  un sommeil pas trop profond, ce qui permet de se réveiller frais, c'est un  sommeil récupérateur".

Sieste, le gros mot

Le scientifique souligne en outre que 17 heures d'éveil sans dormir correspondent à la capacité d'attention de quelqu'un qui a 0,5 grammes d'alcool  par litre de sang, puis 1 g/l pour un éveil de 24 heures, soit deux fois la  limite autorisée au volant.

Le PDG de Sadir Assistance (100 salariés) Jean-Louis Fraysse est tellement convaincu que dans les nouveaux locaux -en construction- de son entreprise, il a prévu un local dédié à la sieste, ou plutôt au "temps de récupération d'entreprise" car, selon lui, le monde de l'entreprise n'est pas prêt à accepter le terme "sieste". "Si on met ça en place dans l'entreprise, ce n'est pas pour favoriser la  fainéantise. Si on instaure une qualité de vie, on a tous à y gagner", ajoute M. Fraysse, dont la société va participer à une seconde phase d'études, en partenariat avec le Dr Mullens et la médecine du travail.

Commenter cet article

  • antirobert21 : Et il est tout fier de ses généralisations, étiquettes..., le français moyen (ou devrais-je dire le beauf moyen?)

    Le 10/10/2010 à 14h39
  • didierbretagne : Tout à fait d'accord avec vous et aroldo mais en France durant les heures de travail. Et en plus on pourrait peut-être les assimiler à des RTT

    Le 10/10/2010 à 13h25
  • gabi18200 : Pfff, vivement mardi qu'on dorme !!!!

    Le 10/10/2010 à 13h19
  • lucien31 : Il y a déjà bien longtemps que des pays ont adopté ce système. Au Japon et en Chine c'est en vigueur depuis longtemps.

    Le 10/10/2010 à 12h23
  • toutarefaire31 : N'importe quoi ! Il ne faut pas mettre tout le monde dans le même sac ! (et je ne suis pas fonctionnaire et je n'ai aucune envie de l''être !!). Evitez ce genre de médisance pour les fonctionnaires sérieux, qui bossent ! Les étiquettes sur les métiers c'est vraiment pénible et c'est à cause de gens comme vous. Genre les militaires c'est des alcooliques, les infirmières des cochonnes, les fonctionnaires des fénéants.... NUL

    Le 10/10/2010 à 11h24
      Nous suivre :
      "La Prut", le plus beau fou rire de LCI : voici pourquoi le journaliste a enlevé son oreillette

      "La Prut", le plus beau fou rire de LCI : voici pourquoi le journaliste a enlevé son oreillette

      logAudience