En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Un lien entre anorexie et hyperactivité ?

Edité par
le 11 janvier 2013 à 15h52 , mis à jour le 11 janvier 2013 à 16h45.
Temps de lecture
3min
Régime poids balance

Crédits : TF1/LCI

À lire aussi
SantéL'anorexie mentale et l'hyperactivité physique sont liées par un mécanisme moléculaire commun, révèle une récente scientifique. Cette découverte pourrait déboucher sur un traitement de ce trouble du comportement alimentaire qui touche davantage les adolescents.

Bientôt un traitement pour soigner l'anorexie mentale ? Une découverte pourrait le permettre : ce grave trouble du comportement alimentaire et l'hyperactivité physique sont liés par un mécanisme moléculaire commun, selon une récente étude d'une équipe mixte de chercheurs de l'Inserm et du CNRS et des universités (Montpellier-Nîmes).

Les chercheurs ont constaté, sur des souris génétiquement modifiées capables de mimer une anorexie humaine, qu'elles présentaient une anomalie moléculaire au niveau d'une région du cerveau impliquée dans la récompense. Cette anomalie correspond à la "surexpression" (excès d'expression de gènes) du récepteur 5-HT4 à la sérotonine, un récepteur cellulaire qui contrôle également l'hyperactivité motrice chez les souris.

Jouer sur un récepteur cellulaire pour modérer l'apétit

Les chercheurs ont également découvert que le récepteur pouvait devenir totalement inactif et entraîner "une surconsommation d'aliments" qu'on retrouve notamment dans la boulimie.

"Les perturbations affectant ce récepteur - tantôt trop actif et donc coupe faim, tantôt inactif - pourraient expliquer les oscillations entre anorexie et boulimie chez certains patients", estime la chercheuse qui espère que les travaux pourront être reproduits chez l'être humain.

"En l'absence totale de médicament pour traiter l'anorexie, ce récepteur pourrait représenter une cible thérapeutique efficace car en l'inactivant, les patients accepteraient à nouveau de se nourrir et en l'activant, ils pourraient modérer leur consommation d'aliments" ajoute-t-elle.

Commenter cet article

  • castor1911 : Tout dépend de la cause de l'anorexie parce que c'est bien plus compliqué que ça , si c'etait juste une histoire de sérotonine ,un anti dépresseur suffirait ce qui est loin d'etre le cas . encore une etude réalisé par des gens qui ne sortent pas de leur labo . l'etre humain ce n'est pas une souris

    Le 11/01/2013 à 23h58
      Nous suivre :
      Si vous rêvez d'une pelouse verdoyante, cette solution vous intéressera

      Si vous rêvez d'une pelouse verdoyante, cette solution vous intéressera

      logAudience