En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Cancer de la prostate : un nouvel espoir grâce aux ultrasons


le 18 avril 2012 à 07h47 , mis à jour le 18 avril 2012 à 07h50.
Temps de lecture
3min
Hopital médecins chirurgiens
A lire aussi
SantéPour traiter ces cancers, les traitements traditionnels, comme la chirurgie, peuvent présenter des effets secondaires lourds. Une étude britannique souligne pourtant l'efficacité des ultrasons dans certains cas, avec des conséquences négligables sur la vie quotidienne des patients ainsi traités.

Les cancers de la prostate sont parmi les plus répandus chez les hommes après 45 ans. Mais aussi parmi ceux que l'on sait aujourd'hui le plus souvent guérir : les méthodes ayant recours à la chirurgie ou à la radiothérapie sont généralement efficaces. Sur 71.000 cas estimés en France en 2011, ces types de cancer ont représenté 8700 décès. Les deux thérapies les plus courantes, chirurgie et radiothérapie, présentent toutefois de fréquents effets secondaires, lourds à gérer pour les patients après-coup : incontinence urinaire et troubles de l'érection, notamment. Les troubles de l'érection sont "fréquents" après une intervention chirurgicale tandis qu'un traitement par radiothérapie externe occasionne à terme ce type de troubles chez 50 à 70% des patients, selon l'Institut national du cancer. Des effets qu'un nouveau type de traitement, efficace dans certains cas de tumeurs localisées, pourrait bientôt permettre d'éviter, si l'on en croit une étude britannique publiée mardi dans la revue médicale The Lancet.

Ce traitement dit "par ultrasons focalisés de haute intensité" a pour but de détruire localement par la chaleur la tumeur et s'adresse depuis quelques années aux malades qui souffrent d'un cancer localisé et généralement peu agressif. Un faisceau d'ultrasons focalisés sur la prostate provoquent une élévation brutale de la température, qui produit la destruction des tissus visés.

Un traitement encore en cours d'évaluation en France

L'étude, conduite par des médecins londoniens d'University College London, a porté sur un nombre limité de 41 patients, âgés de 45 à 80 ans et suivis sur 12 mois après leur traitement par ultrasons. Un an après ces soins, 39 sur 41 "ne montraient aucun signe de la maladie". Sur le plan des effets secondaires indésirables, l'effet de ce traitement peut être considéré comme nul sur l'incontinence urinaire. Concernant les troubles de l'érection, seulement 10% des patients font état de problèmes persistants 12 mois après leur traitement.

"Nos résultats sont très encourageants", souligne le Dr Hashim Ahmed d'University College London, qui a dirigé cette étude. "Nous pensons que les hommes avec un cancer de la prostate pourront bénéficier de ce traitement (...) qui entraîne très peu d'effets secondaires, ce qui signifie une amélioration notable pour leur qualité de vie", explique-t-il. Ce type de traitement reste toutefois "en cours d'évaluation" en France, selon l'Institut national du cancer (Inca), alors que la chirurgie, la radiothérapie avec sa variante curiethérapie qui consiste à placer des sources radioactives à l'intérieur de la prostate, ainsi que l'hormonothérapie restent encore aujourd'hui les méthodes les plus utilisées.

Commenter cet article

  • look165 : NON : L'ablation de la prostate n'entraîne aucun trouble érectile. C'est une conséquence psychologique : On m'a enlevé mon truc de mâle ! C'est comme si on disait qu'une ovariectomie ou une hystérectomie empêche la femme de prendre du plaisir. Pour le reste si c'est des ultrasons et que je suis confronté au problème, j'aimerais ne pas être endormi, il paraît que c'est divin comme sensation.

    Le 18/04/2012 à 23h36
      Nous suivre :
      Dark Vador en campagne pour les élections législatives ukrainienne

      Dark Vador en campagne pour les élections législatives ukrainienne

      logAudience