En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Coca-Cola, Tuc, Special K, Carambar... 100 produits quotidiens... et nocifs ?

par
le 26 août 2013 à 16h49
Temps de lecture
4min
Un supermarché/Image d'archives

Un supermarché/Image d'archives / Crédits : Stockbyte/Ciaran Griffin/Thinkstock

À lire aussi
SantéLe magazine 60 millions de consommateurs a fait la chasse aux substances toxiques que l'on trouve au quotidien dans les rayons de nos supermarchés. Aliments, cosmétiques, détergent... : peu de produits et de marques sont épargnés.

"Faites la chasse aux parabens, triclosan, phénoxyéthanol car on ignore les effets à long terme". C'est le conseil du magazine 60 millions de consommateurs, de l'Institut national de la consommation, dans son édition de septembre. Selon son étude, toutes les familles de produits sont concernées : aliments, cosmétiques, détergent, tous peuvent contenir des substances qui peuvent avoir un impact sur la santé. Ils ont dressé la liste de 100 produits courants de grandes marques potentiellement nocifs.

Pour les produits d'hygiène et de beauté, l'étiquetage est le plus transparent et pour l'alimentation, le décryptage de l'étiquette est globalement simple, note 60 millions de consommateurs. Point noir : les produits de droguerie, comme les nettoyants ménager, dont le règlement européen n'oblige pas de précisions particulières sur les étiquettes.

Au rayon alimentation : le caramel E150D et le sulfite de sodium

Tous les consommateurs sont habitués aux "E" sur les emballages des produits alimentaires. Parmi ces molécules peut-être dangereuses, le caramel E150D, utilisé dans les colas, les assaisonnements, les friandises ou les soupes, est à limiter, affirme cette étude. Il est classé "cancérigène possible" par le Centre international de recherche sur le cancer (Circ). Quels produits sont concernés ? Le magazine cite en exemple le vinaigre balsamique de Modène de Maille, le Coca-Cola 2 litres, le Pepsi 1,5 litres, les Carambar Mix minis ou encore le Burn Intense energy.

Autre molécule à éviter : le sulfite de sodium (E221),ainsi que les autres additifs à base de sulfite, qui sont des conservateurs employés dans le vin et dans divers aliments - amuse-gueules, condiments ou légumes en conserve. Les marques Savora, Bouton d'or, William Saurin, Maille ou les Tuc de Lu sont concernées.

A bannir aussi : les colorants azoïques, E102, E104, E110, E122, E124, E129, que l'on trouve dans des glaces, des confiseries ou des boissons et l'on soupçonne d'être allergisants et cancérigènes. Ricard (pour la boisson Pacific), Mister Cocktail, Old Nick, Lagoa Lucien Georgelin ou encore Vahiné sont cités.

Enfin, 60 millions de consommateurs évoque le BHA (hydroxyanisole butylé), "un des anti-oxydants les plus utilisés dans l'industrie alimentaire". On le retrouve dans dans les chewing-gums, les purées, les soupes et de nombreux cosmétiques. Selon les données du Centre international de recherche sur le cancer (Circ), c'est un cancérogène possible chez l'homme. Kellogg's, Hollywood Chewing-gum, Wrigley's Freedent clear, Mentos Pure, Fresh Royco Minute soup ou encore Maggi figurent dans la liste. 

Au rayon cosmétiques : parabens, triclosan et phénoxyéthanol

Dans son étude, le magazine pointe trois produits que l'on trouve au rayon cosmétiques et dont on ignore les effets à long terme : les parabens, le triclosan et le phénoxyéthanol. Les parabens, et plus particulièrement les butyl- et propyl-parabens, sont des conservateurs qui "seraient susceptibles de modifier le fonctionnement normal du système hormonal". Pourtant, ces produits sont difficiles à éviter. A titre d'exemple, 60 millions de consommateurs note que l'on en trouve notamment dans les lingettes bébé Top Budget Baby, le fond de teint fondant de L'Oréal ou encore la crème nourrissante pour le corps Soie de Dove.

A lire aussi : Un conservateur qui a remplacé les parabens est irritant

Le triclosan est un agent antibactérien, lui aussi utilisé comme conservateur. Selon le magazine, "son utilisation répétée pourrait favoriser des résistances aux antibiotiques". Les produits contenant cette substance ? La mousse à raser apaisante pour hommes, peaux sensibles, Eau thermale Avène, la mousse de rasage anti-irritations pour hommes, extraits d'aloe vera de Cible, le gel de rasage, peaux sensibles No Bacter ou encore certains dentifrices de la marque Leclerc, Colgate ou Sanogyl.

Le phénoxyéthanol est également un conservateur qui serait à proscrire d'abord dans les produits pour enfants à appliquer sur les fesses, mais aussi, par principe de précaution, dans tous les cosmétiques pour enfants et pour femmes enceintes, explique l'étude. Comme l'indique 60 millions de consommateurs, il est cependant présent dans de nombreuses lingettes pour bébé Nivea, Pampers ou encore Dysney Carrefour Kids.

A lire aussi : Prudence sur certaines lingettes pour bébés

Au rayon cosmétiques et droguerie : le MIT

On trouve du méthylisothiazolinone (MIT) dans tous les rayons, des lingettes bébé aux crèmes pour les mains en passant par le liquide vaisselle ou la lessive. Cette substance, utilisée comme conservateur, occasionnerait de plus en plus d'allergies, notamment de l'eczéma, indique le magazine. Et beaucoup de marques sont concernées : Nivea, Le Petit Marseillais, Mir, Dove, Carrefour, Palmolive, Le Chat, Woolite ou Ajax.

Commenter cet article

  • flo2592 : Gourmande je suis, gourmande je resterai malgré tous les mauvais augures quotidiens!

    Le 29/08/2013 à 15h24
  • nicenew : Et encore le sucre , le gluten et le lait sont également à éviter. En fait les gens ne se rendent pas compte que ce qu'il y a dans leur assiette peut être aussi néfaste qu'une cigarette. Essayé une semaine sans gluten, prenez des notes et refaite une semaine avec le gluten vous remarquerez la difference. (Ca peut complètement vous changer la vie d'ailleurs)

    Le 29/08/2013 à 12h45
  • nightshade_fr : Ridicule! Quel est le rapport?

    Le 27/08/2013 à 16h55
  • bl-78 : Ca fait + de 15 ans que ce genre d'infos circulent, toutefois pas en provenance d'un organisme tel que 60 millions... Il serait temps que l'on se penche sérieusement et "officiellement" sur ce problème !!

    Le 27/08/2013 à 14h09
  • agatsu73 : J'aurais dis la bêtise...

    Le 27/08/2013 à 12h49
      Nous suivre :
      Un cargo de l'espace pour ravitailler l'ISS

      Un cargo de l'espace pour ravitailler l'ISS

      logAudience