En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

L'aéroport JFK de New York, plus grand propagateur de microbes américain


le 27 juillet 2012 à 18h00 , mis à jour le 27 juillet 2012 à 18h03.
Temps de lecture
3min
Un avion sur le tarmac.

Un avion sur le tarmac. / Crédits : Thinkstock

À lire aussi
SantéL'aéroport John F. Kennedy de New York est une gigantesque plaque tournante pour les voyageurs, mais aussi pour les microbes, révèle une étude publiée cette semaine aux Etats-Unis, qui le classe au premier rang des aéroports américains en termes de propagation de bactéries.

Derrière JFK, dans ce classement des aéroports américains propagateurs de maladies infectieuses, suivent l'aéroport international de Los Angeles, celui de Honolulu (Hawaii), celui de San Francisco, celui de Newark près de New York, et les aéroports internationaux de Chicago et de la capitale Washington.

Ce classement ne signifie pas pour autant que ces aéroports sont eux-mêmes infestés de maladies: l'étude du prestigieux Massachusetts Institute of Technology (MIT) s'est attachée à mesurer les nombreux facteurs pouvant expliquer le rôle tenu par ces aéroports dans la circulation de maladies infectieuses. Parmi ces facteurs, figurent la location géographique ou le temps d'attente.

L'objectif est de comprendre comment des virus comme le Sras (Syndrome respiratoire aigu sévère) ou la grippe aviaire peuvent se propager dans le monde. "Notre étude est la première à se pencher sur la propagation dans l'espace des phases de contagion aux premiers temps d'une épidémie et à proposer un moyen de prédire quels ‘nœuds' - en l'occurrence, des aéroports - conduiront à une propagation plus grande encore", souligne Ruben Juanes, professeur au MIT. "Ces découvertes pourraient aider à une première évaluation des stratégies de vaccination en cas de nouvelle épidémie ou permettre d'informer les autorités sur les voies les plus vulnérables en cas d'attaque biologique".

Le classement du MIT pourrait paraître contre-intuitif au premier abord, car si JFK ou les aéroports de Los Angeles et Chicago sont connus pour accueillir un très grand nombre de voyageurs, le trafic de celui d'Honolulu représente à peine 30% de celui de JFK. "Mais en terme de contagion, il a presque la même importance, en raison de sa localisation", souligne l'étude. "Le fait qu'il soit dans l'océan Pacifique et ses connections avec des plateformes importantes, éloignées et très bien reliées entre elles, expliquent qu'il occupe le 3e rang", conclut-elle.

Commenter cet article

      Nous suivre :
      Une journaliste démissionne en direct pour se battre pour la légalisation du cannabis

      Une journaliste démissionne en direct pour se battre pour la légalisation du cannabis

      logAudience