En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES
DOSSIER : Grippe A (H1N1)

La grippe A/H1N1, pas plus meurtrière qu'une autre ?

Edité par
le 15 décembre 2009 à 09h09 , mis à jour le 15 décembre 2009 à 09h09.
Temps de lecture
3min
grippe A/H1N1 vaccination vaccin

Dans un centre de vaccination à Marseille / Crédits : REUTERS

A lire aussi
SantéJusqu'à présent, le taux de mortalité constaté parmi les patients victimes du virus H1N1 est comparable à celui observé lors d'une épidémie de grippe "classique".

Le virus H1N1 tue-t-il davantage qu'un quelconque autre virus grippal ? La question se repose avec insistance. Le dernier point des autorités sanitaires sur l'évolution de l'épidémie en France, en ce début de semaine, a donné l'occasion aux journalistes présents lors du point presse auquel participaient le porte-parole du ministère de l'Intérieur, Gérard Gachet, et le professeur Didier Houssin, directeur général de la Santé, de demander des précisions sur ce point. Commentaire à ce propos du Pr Houssin : "il est possible qu'au bout du compte cette vague pandémique ne s'avère pas plus mortelle. Mais contrairement à la grippe saisonnière, elle touche des personnes jeunes qui habituellement ne décèdent pas d'une grippe, y compris des femmes enceintes".

Selon les autorités britanniques, le taux de mortalité serait de 26 décès pour 100.000 cas (début juin-8 novembre) bien inférieur à celui des pandémies précédentes. Selon l'InVS, sur les 6 premiers mois de la pandémie dans le monde, "la létalité est estimée entre 1/1.000 et 1/10.000, comparable à la létalité de la grippe saisonnière". Mais, l'interprétation reste périlleuse en raison de nombreux biais affectant son calcul (nombre de décès sur nombre de cas) selon l'institut pour qui "il est difficile de prévoir l'évolution de l'épidémie et du virus dans les mois à venir".

Dernières nouvelles de l'épidémie

En ce qui concerne les dernières nouvelles de la progression de l'épidémie, elles sont plutôt encourageantes : "la tendance de l'épidémie qui était à la stabilisation en fin de semaine dernière se poursuit", a commenté lundi le professeur Didier Houssin. Tout en ajoutant : "mais elle ne se transforme pas pour autant en décroissance, notamment en Ile-de-France". La France continue donc à se distinguer de ses voisins, malgré sa campagne massive de vaccination : dès vendredi, l'Organisation mondiale de la santé indiquait que la grippe avait atteint ou dépassé son pic dans la plupart des pays d'Europe occidentale, à l'exception, justement, de la France. Pour Didier Houssin, "le froid semble jouer" dans cette poursuite de l'épidémie : "les virus de la grippe aiment beaucoup le froid et les atmosphères sèches pour se propager".

Sur le front de la vaccination, le cap des 3 millions de personnes vaccinées a été franchi vendredi, et celui des 3,5 millions devrait l'être en ce début de semaine. Le nombre de vaccinés le week-end dernier était de 21% supérieur à celui du week-end précédent. La grippe H1N1 a causé 6 nouveaux décès en France métropolitaine depuis vendredi dernier, soit un total de 145 depuis le début de l'épidémie. L'InVS a par ailleurs recensé 113 nouveaux cas graves en métropole depuis son dernier bulletin épidémiologique sur la grippe, soit un total de 743 cas graves ayant nécessité une hospitalisation depuis le début de l'épidémie.

Commenter cet article

  • irrecupperable : Je ne suis toujours pas vacciné

    Le 21/12/2009 à 18h30
      Nous suivre :
      Syrie : il filme les exactions commises par les jihadistes et témoigne au péril de sa vie

      Syrie : il filme les exactions commises par les jihadistes et témoigne au péril de sa vie

      logAudience