En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Le fondateur de PIP Jean-Claude Mas interpellé dans le Var

Edité par
le 26 janvier 2012 à 07h26 , mis à jour le 26 janvier 2012 à 21h48.
Temps de lecture
4min
Perquisition au domicile de Jean-Claude Mas, fondateur de PIP, le 26 janvier 2012

Perquisition au domicile de Jean-Claude Mas, fondateur de PIP, le 26 janvier 2012 / Crédits : TF1/LCI

À lire aussi
SantéINFO TF1 - Jean-Claude Mas, fondateur de la société de prothèses mammaires PIP, et Claude Couty, numéro 2 de l'entreprise, ont été interpellés jeudi matin dans le Var et placés en garde à vue. Il a été transferé dans la soirée au palais de justice pour être entendu.

Jean-Claude Mas a été interpellé au petit matin, jeudi, à Six-Fours dans le Var, au domicile de sa compagne. Une arrestation dans le calme du fondateur de la société de prothèses mammaires PIP (Poly Implant Prothèse), ont pu constater les journalistes de TF1 présents sur place. Dans le même temps, toujours selon TF1, les gendarmes ont procédé à l'interpellation de Claude Couty, le numéro deux de PIP, également domicilié dans le Var.  Les deux hommes ont été placés en garde à vue et des perquisitions étaient toujours en cours à leurs domiciles en milieu de matinée.

Ces interpellations se sont produites dans le cadre de l'information judiciaire pour "homicide et blessures involontaires" ouverte en décembre par le parquet de Marseille. Les investigations sont menées par les gendarmes de la section de recherches de Marseille et l'Office central de lutte contre les atteintes à l'environnement et la santé publique (Oclaesp). Jean-Claude Mas a quitté jeudi peu avant 13h le domicile de sa compagne, caché dans un fourgon gris banalisé, précédé par une voiture de la gendarmerie, gyrophare allumé. L'escorte est arrivée à la caserne de la gendarmerie nationale à Marseille une demi-heure plus tard.

A 21h, Jean-Claude Mas a été transféré au palais de justice de Marseille. Il devait être entendu par la juge d'instruction Annaïck Le Goff, du pôle santé, en vue de sa probable mise en examen. Selon une source judiciaire, l'instruction de ce volet de l'affaire pourrait prendre plusieurs années, avec batailles d'experts autour de chaque cas individuel. "La garde à vue s'est passée dans de bonne condition", a déclaré l'avocat de Jean-Claude Mas, Me Yves Haddad, en sortant de la gendarmerie vers 20h45, précisant que son client avait répondu à "des centaines de questions sur sa responsabilité".

"On n'attend pas grand chose de son audition"

Le fondateur de PIP, entreprise dont le siège était à La-Seyne-sur-Mer et qui est en faillite depuis 2010, a admis avoir produit un gel de silicone non homologué mais réfuté tout danger. "Je savais que ce gel n'était pas homologué, mais je l'ai sciemment fait car le gel PIP était moins cher et de bien meilleure qualité", a expliqué Jean-Claude Mas en octobre aux gendarmes, selon un procès-verbal d'audition dont TF1 vous révélait le contenu en début d'année. Cette audition s'était déroulée dans le cadre d'une seconde procédure judiciaire, en l'occurence une enquête préliminaire pour "tromperie aggravée", ouverte à son encontre. Close depuis octobre 2011, cette seconde procédure devrait donner lieu à un procès en correctionnelle dans les mois qui viennent.

Me Philippe Courtois, avocat de l'association des Porteuses de Prothèses PIP (PPP), s'est félicité de l'interpellation de M. Mas. "C'est la mise en marche normale qui aurait pu être faite depuis le début de l'année. Rien ne l'empêchait aujourd'hui de quitter le territoire, il ne se sentait pas inquiété par la justice", a-t-il souligné. "Maintenant, on n'attend pas grand chose de son audition dans la mesure où il s'est déjà exprimé avec des propos outrageants vis-à-vis de l'ensemble des victimes", a-t-il ajouté. 

De 400.000 à 500.000 femmes seraient porteuses d'implants PIP dans le monde, ce qui a donné un caractère international à ce scandale sanitaire. En France, 20 cas de cancers, dont 16 du sein, ont été enregistrés chez des porteuses d'implants PIP sans qu'un lien de causalité ne soit établi. Les autorités ont recommandé aux 30.000 femmes concernées de se faire retirer ces implants.

Commenter cet article

  • Tony69 : Je ne vois pas le rapport avec N.MORANO et le policier.

    Le 27/01/2012 à 00h58
  • tautavel57 : L'association des Porteuses de Prothèses PIP "" il ne faut pas oublier aussi les membres de l'Afssaps ...pas un mot sur eux...ou c' pas touche !!

    Le 26/01/2012 à 23h22
  • Ambre : Je trouve que blessures et homicides involontaires c'est peu dire.

    Le 26/01/2012 à 18h18
  • olivier52-52 : Si c'est le même policier qui escortait Nadine Morano qui est allé arréter ce gars, tu m'étonne que cela a pris autant de temps .......(sens interdit, ... pas sens interdit.....)

    Le 26/01/2012 à 13h30
  • farouchka777 : Quand même!

    Le 26/01/2012 à 08h43
      Nous suivre :
      Daniel Radcliffe revient sur son alcoolisme : "Je regrette d'en avoir parlé"

      Daniel Radcliffe revient sur son alcoolisme : "Je regrette d'en avoir parlé"

      logAudience