ARCHIVES

Prématurés : le cri d'alarme sur les sodas light

Franck Lefebvre-Billiez par
le 17 novembre 2011 à 14h02 , mis à jour le 17 novembre 2011 à 17h07.
Temps de lecture
5min
canette-sodas-boissons-coca-gazeuse-pétillante-soda

Crédits : TF1News/D.H.

À lire aussi
SantéINTERVIEW - Risques accrus d'autisme, de troubles respiratoires : les naissances avant terme peuvent tourner au drame. Or certains facteurs de risque sont connus. Comme l'aspartame. A l'occasion de la journée mondiale de la prématurité, une association demande que les futures mères soient informées.

TF1 News : Dans une lettre ouverte au ministre de la Santé, Xavier Bertrand, le Réseau Environnement Santé demande de "diffuser des conseils de prudence auprès des femmes enceintes" à propos des dangers de l'aspartame. Quels sont ces risques ?

André Cicolella, chimiste toxicologue, porte-parole du Réseau Environnement Santé(1) : Alors que ce jeudi marque la troisième journée mondiale de la prématurité, tout se passe comme si on ignorait les causes du phénomène, comme si c'était une fatalité. Or, on a, avec l'aspartame, un facteur de risque identifié, incontestable. Des chercheurs danois l'ont amplement démontré l'année dernière, à travers une étude massive, d'une ampleur rare : elle portait sur 60.000 femmes enceintes, et elle a donné des résultats sans ambigüité. Elle prouve clairement que la consommation régulière de boissons gazeuses contenant des édulcorants augmente le risque de prématurité. Pour une canette de soda "light" consommée par jour, le risque global de naissance avant terme augmente de 27%. Pour quatre canettes bues quotidiennement, le risque croît de 78%.

Et ces chiffres sont encore plus parlants quand on affine les résultats : ainsi, quand on s'attache aux prématurités dites "modérées" (c'est-à-dire aux naissances entre 34 et 36 semaines de grossesse), une seule consommation quotidienne augmente le risque de 61%. On ne tient pas suffisamment compte, aujourd'hui en France, d'une étude comme celle-là ; notre appel au ministre de la Santé vise à attirer son attention sur ce problème, en lui signifiant qu'il est de sa responsabilité de mettre en oeuvre les moyens nécessaires pour protéger la santé publique. En gros, il faudrait que toutes les futures mères soient informées des risques réels de l'aspartame - ce qui n'est pas le cas aujourd'hui.

TF1 News : Pourquoi cette prise de conscience du lien entre aspartame et naissances avant terme tarde-t-elle en France ?

Tout simplement parce que le risque induit par les naissances avant terme a été largement sous-estimé. Du coup, les causes de ces accouchements prématurés ont été négligées. Pendant longtemps, les cas de "prématurités tardives" (les naissances entre 34 et 37 semaines de grossesse) n'ont pas été spécifiquement étudiés : on les regroupait avec les naissances à terme. Ce n'est que récemment que l'on s'est rendu compte que les bébés nés avant terme, même sans être de grands prématurés, présentaient des facteurs de risque importants.

exergue"On ne peut pas accepter que le système de sécurité sanitaire laisse passer des études fausses"

Aujourd'hui, on a des éléments scientifiques qui nous permettent de mesurer pleinement la gravité du phénomène : un risque d'autisme multiplié par 5 chez les enfants nés avant terme, des taux d'immaturité du système respiratoire neuf fois plus élevés... J'ai là une étude qui montre que les cas de détresse respiratoire sont de 28,9% chez les prématurés contre 5,3% pour les enfants nés à terme. Une autre compare les taux de morbidité respiratoire, c'est-à-dire la proportion d'enfants qui meurent d'étouffement : 9% en cas de naissance avant terme, contre 1% dans la moyenne de la population. Et des dizaines d'autres d'études aboutissent à des conclusions similaires, à savoir qu'en cas de naissance entre la 32e et la 36e semaine, il y a des risques de problèmes de santé sérieux.

TF1 News : Comment expliquer alors que l'aspartame soit un produit si répandu ? C'est un édulcorant qu'on trouve dans des milliers de produits de grande consommation, où il remplace le sucre...

C'est précisément le problème : l'aspartame est une substance consommée quotidiennement par 200 à 400 millions de personnes. Sans risque, nous assure-t-on. Mais sa dose admissible journalière (la quantité que l'on peut consommer quotidiennement sans conséquence pour la santé) a été définie en France en fonction d'études américaines datant pour l'essentiel des années 70, qui n'ont jamais été actualisées, ni même jamais publiées (2) : elles n'ont donc jamais été soumises au jugement de la communauté scientifique, ce qui est pourtant une règle de base. On s'est d'ailleurs aperçu depuis qu'elles avaient été délibérément faussées. Par exemple, certains animaux suivis lors des tests, et qui avaient développé des cancers, avaient été opérés de leurs tumeurs avant d'être de nouveau testés - ce qui revenait à masquer tout possible effet cancérigène. D'autres étaient déclarés morts pendant les expériences, puis de nouveau vivants un peu plus tard - ce qui prouve bien le peu de sérieux du suivi des animaux.

Aujourd'hui, la norme en matière de consommation humaine devrait être réévaluée en fonction d'études plus récentes, qui, elles, ont été publiées, et qui montrent des effets nocifs, notamment le risque de développer des tumeurs - et tout particulièrement en période de gestation. Sur la base de ces études, la dose admissible journalière d'aspartame devrait être drastiquement réduite, d'un facteur 2000 - ce qui reviendrait pratiquement à l'interdire.

TF1 News : Qu'attendez-vous des autorités sanitaires ?

Xavier Bertrand nous  a dit que si on lui apportait des éléments sur le dossier de l'aspartame, il en tiendrait compte. Ce qui n'a pas été le cas jusqu'à présent. Nous rappelons au ministre que sa responsabilité est engagée. On ne peut pas accepter que le système de sécurité sanitaire laisse passer des études fausses. Dès qu'on a un facteur de risque reconnu, il est nécessaire d'éliminer le produit concerné de notre environnement. Sur d'autres problèmes, comme celui du bisphénol  A, la France a su prendre les bonnes décisions (une interdiction pure et simple dans tous les contenants alimentaires), et elle est devenue le pays qui fait référence en la matière. Il ne serait pas plus compliqué de  remplacer l'aspartame...

(1) Le Réseau Environnement Santé (RES) est un collectif de scientifiques, d'associations de défense de l'environnement et de défense des malades. Il fédère des associations aussi diverses que le WWF, le Mouvement pour le droit et le respect des générations futures (MDRGF), l'Alliance pour la planète, la Coordination Nationale Médecine Santé Environnement (CNMSE), la Fondation Sciences Citoyennes... Il a pour but de peser sur les politiques publiques, trop influencées, jugent les membres du RES, par les intérêts industriels.
(2) L'Anses, Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, a déterminé la Dose Journalière Admissible pour l'aspartame en s'appuyant sur trois études, dont deux publiées avant 1980 et émanant de la "Food and Drug Administration" (FDA), organisme fédéral américain chargé de délivrer les autorisations de commercialisation des aliments et médicaments.

Commenter cet article

  • angedelaroute68 : Oui tres bonne revue de SCIENCE et VIE un article bien monte pour nous dire la dangerosité du produit en question

    Le 20/11/2011 à 08h43
  • 1peu2rififi : Saviez vous cocorico-1 que certains chercheurs de l'EFSA servent de consultants a des societes agro-alimentaires donc nous pouvons douter de leur integrite.

    Le 17/11/2011 à 21h57
  • 1peu2rififi : Cocorico-1 il faut dire aussi que certains chercheurs de l'EFSA ont des liens tres etroits avec des entreprises alimantaires, genre sponsoring.

    Le 17/11/2011 à 21h15
  • 34caribou : Enfin quelqu'un qui a une lecture saine de ces revues intelligentes ,entièrement d'accord avec vous . Et voilà le mondialisme on planque les vérités pour faire du commerce etc...et surtout tuer au détriment de l'argent ,qui n'apporte pas forcément le bonheur ! Le cauchemar des générations qui vont nous succèder ...Merci de l'avoir publiée cette info Mangez une nourriture qui ne soit pas trop traitée par les pesticides ,lisez ce qui se trouve sur les produits usinés et achetez des produits frais ce n'est pas forcément plus cher et en allant au marché 2 à 3 X par semaine vous allez vous du bien à votre santé en allant à pied et du bien à la planète Bonne soirée

    Le 17/11/2011 à 20h23
  • 34caribou : IL EST RECONNU QUE L'ASPARTAME EST UN POISON QUE C'EST CANCERIGENE Pour moi pas de light JAMAIS ,j'ai une vie saine ,sport ,nourriture cuisinée maison pas de plats préparés et les boissons ? Vin ,eau ,sirop et il arrive tous les 36 du mois de boire un coca 100% sucre ,je mange des petits gâteaux divers et du chocolat MAIS je regarde les compositions si non je n'achète pas Merci pour publier cette info

    Le 17/11/2011 à 20h03
      Nous suivre :

      Cette année, la plus belle femme du monde est...

      logAudience