En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Un premier traitement préventif du sida bientôt sur le marché ?


le 11 mai 2012 à 07h51 , mis à jour le 11 mai 2012 à 09h30.
Temps de lecture
4min
À lire aussi
SantéUn comité d'experts a recommandé jeudi à l'Agence américaine des médicaments la mise sur le marché du Truvada, premier traitement préventif contre le sida, malgré les craintes de certaines associations qu'il n'entraîne des comportements sexuels plus risqués.


Le Truvada n'est pas un inconnu pour les praticiens qui luttent contre le sida. Produit par le laboratoire Gilead Sciences, il est déjà utilisé, en association avec d'autres substances, dans le cadre des trithérapies, pour traiter des patients chez lesquels la maladie s'est déclarée. La nouveauté, désormais, c'est qu'un panel d'experts l'a jugé suffisamment efficace, après des années d'utilisation et d'évaluations, pour recommander à l'Agence américaine des aliments et des médicaments (FDA) sa mise sur le marché partielle comme traitement de prévention contre le virus du sida.

Par 19 voix contre trois, les experts recommandent notamment son usage pour le groupe considéré comme le plus exposé au virus de l'immunodéficience humaine: les hommes homosexuels. Ils le recommandent également pour les couples dont l'un des partenaires est porteur du virus. Plusieurs experts ont cependant demandé de nouvelles données sur l'efficacité du Truvada avant d'éventuelles prescriptions généralisées. L'avis va à présent être examiné par les régulateurs de la FDA. S'ils le suivent, le Truvada deviendra le premier traitement préventif contre le VIH aux Etats-Unis.

Les inquiétudes des médecins et militants

L'efficacité préventive du Truvada a été mise en évidence par les résultats d'un vaste essai clinique mené de juillet 2007 à décembre 2009 dans six pays, dont le Brésil, l'Afrique du Sud et les Etats-Unis, et financé en grande partie par les Instituts nationaux américains de la santé. Il avait alors réduit de 44% le risque d'infection chez les hommes homosexuels qui utilisaient aussi des préservatifs. Une autre étude clinique a montré que le Truvada a diminué le risque d'infection jusqu'à 75% chez les couples hétérosexuels dont l'un des deux partenaires étaient séropositifs.

Le problème est que l'efficacité du chute drastiquement s'il n'est pas pris tous les jours. Et ce point constitue un des motifs d'inquiétudes relevé par des médecins et des militants d'association de lutte contre le VIH entendus par le comité d'experts. Sur la quarantaine de personnes venues témoigner devant le comité, une majorité s'est déclarée hostile à la mise sur le marché du Truvada. Karen Haughey, une infirmière, a fait valoir que ce traitement préventif "ne marchera pas car ce n'est pas dans la nature humaine de faire 100% ce qui est recommandé". Roxanne Cox-Iyamu, un médecin qui soigne des personnes infectées par le VIH, s'est dite pour sa part "préoccupée par le danger de voir se développer une résistance au Truvada". Médecins et militants redoutent aussi qu'un sujet séropositif prenant le Truvada soit moins vigilant sur le risque qu'il transmette le virus et que par exemple il n'utilise pas systématiquement un préservatif à chaque rapport sexuel. "Le risque de faire du tort est énorme et si nous n'y faisons pas attention, nous pourrions nous, comité d'experts, causer plus de mal que de bien", a mis en garde le Dr Judith Feinberg, de la Faculté de médecine de l'université de Cincinnati.

Le coût du traitement, estimé à 14.000 dollars par an si on respecte strictement la posologie, est aussi un frein. Et certains craignent que des patients séropositifs n'utilisent le Truvada qu'occasionnellement. "Même si ce ne pas la panacée, cette approche peut éviter de nombreuses primo-infections et avoir des conséquences spectaculaires sur la transmission du VIH dans le monde", a toutefois estimé le Dr Kenneth Mayer, du Fenway Institute, qui qualifie la décision du comité d'experts de "journée sensationnelle pour la prévention du VIH".

Commenter cet article

  • cicielle : Attention à ne pas prendre un traitement de prévention avec de nombreux inconvénient pour un produit-miracle. Les associations sont conscientes du progrès apporté mais restent vigilantes (à juste titre) quand à un risque accru d'infection, justement.

    Le 08/06/2012 à 17h17
  • lestephane2012 : Evalué par un comité d'experts de la FDA... tous indépendants ?

    Le 15/05/2012 à 15h44
  • choco-pomme : Les craintes des associations ?au contraire, on devrait se réjouir de cette avancée !! elles craignent moins de protection ? moi ce que je crains surtout c qu'il tue tjrs voilà la véritable crainte !

    Le 11/05/2012 à 12h57
  • captainboeing : Truvada

    Le 11/05/2012 à 12h56
  • captainboeing : Moi-même atteint par cette foutue maladie à l'age de 5 ans, je suis hémophile, je garde espoir. Mais le Truvada a des effets secondaires pas facile à supporter. Mais ils finiront par trouver !

    Le 11/05/2012 à 09h34
      Nous suivre :
      Hollande sur le vol AH5017 : sa déclaration TV en intégralité

      Hollande sur le vol AH5017 : sa déclaration TV en intégralité

      logAudience