En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES
DOSSIER : Sport et Handicap

Zoom sur l'association "D'un Corps à l'Autre"

Edité par
le 18 juin 2012 à 09h00 , mis à jour le 10 juillet 2012 à 20h04.
Temps de lecture
4min
Ce mercredi là, les dix enfants sont pris en charge par cinq encadrants.

Les activités se déroulent en tout petit effectif, l’ensemble des élèves étant réparti de façon à ce qu’un enseignant ne s’occupe pas de plus de quatre élèves. Ce mercredi là, les dix enfants sont pris en charge par cinq encadrants. / Crédits : LCI/TF1

A lire aussi
Dossier Sport et handicapL'association D'un Corps à l'Autre a vu le jour début 2008 pour permettre aux enfants atteints d'un handicap d'accéder à la pratique sportive. Depuis sa création, six écoles de sport adaptées aux handicaps ont vu le jour en France.
Les Jeux Paralympiques de Londres, qui se déroulent du 29 août au 9 septembre 2012, seront les plus importants jamais organisés. Sous le drapeau tricolore, 154 athlètes ont été sélectionnés. Avec cet objectif : remporter 16 médailles d'or. A cette occasion, TF1 News consacre un dossier spécial au handisport. Nous sommes allés à la rencontre de ces sportifs de haut niveau pour qui sport rime avec dépassement du handicap, mais aussi d'associations et d'experts. Découvrez de nouveaux sujets tout au long de cet été.
Installer des haies pour le saut d’obstacles, un mini trampoline, des tapis pour sécuriser les activités… Mercredi après-midi au centre sportif de Porchefontaine à Versailles, on s’active dans la salle polyvalente. Dans moins d’une heure, les cinq enseignants en activités physiques adaptées de l’association "D’Un Corps à l’autre" accueilleront une dizaine d’enfants en situation de handicap. Après le cycle "danse et step" qui s’est achevé la semaine passée, il s’agit cette fois pour Alexandre, Alix, Emilie, Marie-Adeline et Romain d’imaginer un parcours multi-sport destiné à favoriser le développement moteur des enfants. "Ce type d’activités permet de travailler l’image de soi en mettant l’enfant handicapé en situation de réussite", explique Alexandre Métayer, Président de l’association "D’Un Corps à l’Autre". "C’est aussi un moyen de développer la communication en incitant les enfants à échanger entre eux."

Il y a quatre ans, ce sont précisément ces vertus attribuées au sport qui ont encouragé des professionnels, tous issus du cursus en Sciences et Techniques des Activités Physiques et Sportives (STAPS), à se réunir pour créer l’association. Dès le printemps 2008, une première école de sport adaptée aux handicaps a vu le jour à Nanterre. Aujourd'hui, elles sont six en France dont cinq en Ile-de-France et accueillent chaque semaine 250 enfants.

La réponse à un véritable besoin

Depuis la création de l’association, les premières satisfaites sont sans aucun doute les familles des enfants handicapés qui peinaient jusqu’alors à leur trouver des activités extrascolaires adaptées. Ici, les exercices se déroulent en tout petit effectif, l’ensemble des élèves étant réparti de façon à ce qu’un enseignant ne s’occupe pas de plus de quatre élèves. "Je n’avais pas encore trouvé de structure qui soit à ce point adaptée en terme d’encadrement au handicap de mon enfant", explique Patricia venue accompagner son fils trisomique, Corentin.

Pourtant, il existe de longue date en France des fédérations sportives destinées à accueillir des personnes en situation de handicap, comme la Fédération Française Handisport (FFH) et la Fédération Française de Sport Adapté (FFA). Mais selon Alexandre Métayer, ces dernières "accueillent une majorité d’adultes et sont souvent axées sur la compétition". D’où la volonté de la jeune association francilienne de se démarquer, en permettant aux plus jeunes d’accéder à la pratique sportive autrement que par la compétition, et cela quel que soit leur type de handicap et leur degré d’autonomie.

Une interaction entre enfants et enseignants

Dès leur arrivée dans la salle polyvalente, les enfants défilent tour à tour devant leurs animateurs pour leur dire bonjour, visiblement enthousiastes de les retrouver. Il s’agit sans doute du moment le plus important. Romain, enseignant, n’hésite d’ailleurs pas à faire recommencer Fabrice, jeune handicapé mental, qui ne l’a pas regardé dans les yeux en lui serrant la main. "Quand on explique les règles d’un exercice aux enfants, on a besoin de capter leur attention et cela commence par le ‘bonjour’, explique-t-il. Ce n’est pas parce qu’un enfant a l’air de vous regarder que vous avez son attention. Pour créer une interaction, on insiste pour qu’ils nous regardent dans les yeux."

Alors que les plus jeunes commencent à s’impatienter, Emilie, enseignante leur demande de s’asseoir avant de les répartir en équipes. "On essaye d’équilibrer au mieux les groupes en fonction des capacités motrices et intellectuelles de chacun", explique-elle. Jusqu’à 17h30, chacun des encadrants aura à sa charge deux ou trois enfants de 5 à 12 ans. Les plus âgés, de 10 à 19 ans, assisteront à la séance suivante.

Des progrès relevant du miracle

Ce jour là, Anthony, qui a rejoint l’association à ses débuts, est désigné pour faire la démonstration du parcours à ses camarades. "Allez en place champion", encourage son enseignante tout en l’accompagnant devant la ligne de départ.

Sans laisser paraitre la moindre appréhension, le jeune garçon s’élance pour franchir successivement douze petits obstacles, aller ramper sous un tunnel avant de traverser deux poutres, sauter sur un mini trampoline pour terminer par une roulade. Un parcours aux allures de "mini Jeux Olympiques" qu’effectueront tour à tour chacun des enfants et qui impressionne encore certains parents. Véronique, maman d’Ulysse, 11 ans, n’aurait jamais imaginé voir un jour son fils sauter, par exemple. Etape par étape, les enseignants y sont parvenus ainsi qu’à le faire courir et plus récemment à le faire nager. "Sans eux, ça n’aurait jamais été possible", confie-t-elle.
Commenter cet article

  • Mii : ?

    Le 21/06/2012 à 05h33
      Nous suivre :
      Buzz inespéré pour une vidéo du maire de Rochefort

      Buzz inespéré pour une vidéo du maire de Rochefort

      logAudience