En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

EXCLUSIF TF1 - Benzema : "Je ne suis pas coupable", son interview en intégralité

Edité par
le 02 décembre 2015 à 20h26 , mis à jour le 03 décembre 2015 à 09h23.
Temps de lecture
5min
Karim Benzema dans une interview à TF1 enregistrée le 1er décembre 2015
A lire aussi
Sport C'est la première fois qu'il parle de l'affaire. Karim Benzema s'est confié à TF1, près d'un mois après sa mise en examen dans l'affaire de la sextape de Mathieu Valbuena. Une interview enregistrée mardi et diffusée ce mercredi soir dans le 20H et dont voici la vidéo et le verbatim.

TF1 : Pourquoi parler aujourd'hui ?
Karim Benzema :
Pour revenir sur toute mon actualité, tout l'acharnement médiatique qu'il y a sur moi.

Même le Premier ministre a pris position, estimant que vous si vous n'avez pas été "exemplaire", vous n'avez "pas [votre] place en équipe de France"
C'est de l'acharnement, il n'y a rien d'autre à rajouter. Là on m'accuse, on me traine dans la boue dans tous les sens comme si j'étais un criminel. C'est des choses horribles.
 
Revenons au déroulé de l'affaire. Le 6 octobre, vous êtes dans une chambre à Clairefontaine avec Mathieu Valbuena. Que se passe-t-il ?
J'entends qu'il y a une vidéo qui tourne sur lui. Donc je viens le mettre au courant. Mais quand je viens le mettre au courant, il a l'air d'être déjà au courant de cette histoire. Je lui dis que je pouvais l'aider car j'ai un ami qui est à Lyon. Pour ce problème ou pour un autre, il pourrait gérer tout. 

"Que j'entende
que j'ai fait du chantage,
ça me rend fou"

C'est Karim Zenati ?
C'est Karim Zenati, mon ami. Donc on parle de ça. Je lui dis : ‘est ce qu'il a prévenu sa famille ?' pour les histoires de buzz etc. S'il avait prévenu sa famille -le plus important c'est sa famille-, qu'il pouvait laisser sortir cette vidéo, qu'il s'en foutait. Des choses comme ça, sincères, je lui parle avec le cœur, il le sait.  Je lui dis que j'ai déjà eu affaire à des histoires comme ça et que j'ai prévenu la police. Il me dit qu'il a prévenu la police.

Donc après que j'entende que j'ai fait du chantage, que je lui ai demandé de l'argent ça me rend fou en fait. Parce que ça n'a rien à voir. Donc que mon ami aurait eu besoin d'argent c'est n'importe quoi. Parce que Dieu merci je gagne bien ma vie et ça fait longtemps. Et j'ai pas besoin de gagner de l'argent. Quand je rends un service, je n'attends rien en retour. Et lui-même le sait que j'ai été sincère avec lui. Et on n'a jamais, jamais parlé d'argent. Ou quoi que ce soit. Et il dit que j'ai insisté (précision du journaliste). Bien sûr deux fois je lui ai dit. Je lui ai dit deux, trois fois c'est vrai parce que mon ami est à Lyon et qu'il peut régler pas mal d'histoires.

 

VIDEO. Benzema donne sa version des faits

     

"Il s'est fait
retourner le cerveau
avec toutes les interviews"

Quand Mathieu Valbuena dit : "c'est pas pour des cacahuètes", pourquoi pense-t-il ça ?
Au départ, je pense pas qu'il pense ça. Après il s'est fait retourner le cerveau avec toutes les interviews, tout ce qu'on a monté en place donc c'est facile. Mais le jour-même, on n'a jamais parlé d'argent. Et ça, il peut le dire.

Connaissez-vous les maîtres-chanteurs ?
Non.  

 

VIDEO. Benzema : "Valbuena s'est fait retourner le cerveau"

     

 

"Karim Zenati,
c'est mon frère"

Qui est Karim Zenati ?
Mon ami d'enfance. Il a eu son passé comme tout le monde. Il a été en prison mais est sorti il y a deux ans. Il s'est réinséré bien. Il a tout fait pour être bien car c'est quelqu'un de bien. Il a eu une 2e chance, il a su la saisir. C'est comme mon frère.

On critique beaucoup votre entourage, du coup. Que répondez-vous ?
Je ne sais pas de quoi on parle quand on parle de mon entourage. Ma famille, mes amis : j'en suis fier. Je resterai toujours fidèle. Après c'est sûr que je viens d'un quartier mais j'ai réussi. Je montre l'exemple à beaucoup de jeunes et même à mon entourage. Même si on peut dire : "il a un mauvais entourage", on n'a jamais eu d'histoire.

Ce n'est pas la première fois que votre nom est associé à une histoire extra-sportive (ndlr : l'affaire Zahia). Que répondez-vous ?
J'ai été blanchi dans cette histoire où je n'avais rien à voir. Ça a duré mais au final, j'avais rien à voir, j'ai été blanchi, il faut oublier cette histoire.

"La seule chose que je regrette..."

Mathieu Valbuena a été très déçu par le contenu de la conversation téléphonique entre vous et Karim Zenati. Le comprenez-vous ?
Je le comprends, oui, après tout ça. Quand on regarde bien, quand je le vois le soir, il n'est pas déçu. Il me dit : ‘merci frérot de m'avoir prévenu'. La seule chose que je regrette dans tout ça, c'est au téléphone, c'est avec mon ami d'enfance, d'avoir pris ça à la rigolade. C'est la seule chose. Et je peux m'en excuser pour lui, pour toute sa famille.

"Tarlouze", "ils vont lui pisser dessus"... Ce sont ces propos que vous regrettez ?
Au téléphone, on déconne, on fait les acteurs un peu, on rigole parfois sur des trucs qui peuvent être graves. Nous, on le prend pas grave.  Un mot comme ça, tous les joueurs peuvent le comprendre. Dans un vestiaire, on parle pas ‘mon cher etc', on se dit pas mal de choses, c'est pas réfléchi. Ça sort comme ça...

 

VIDEO. Benzema regrette-il ses propos déplacés sur Valbuena ?

   

"Sur ce passage-là,
on s'est un peu emporté"

Il vous est interdit d'entrer en contact avec Mathieu Valbuena. Si ça n'avait pas été le cas, vous l'auriez appelé pour vous excuser ?
Bien sûr ! J'aurais pas besoin de l'appeler : quand je rentre à Lyon je vais le voir. Bien sûr, j'aurais voulu rentrer en contact avec lui pour lui dire, lui donner mes excuses. Sur ce passage-là, on s'est un peu emporté.

Comprenez-vous votre mise en examen avant que Mathieu Valbuena ait été entendu ?
Déjà, je comprends pas parce que j'ai été en garde à vue. Parce qu'ils m'ont sali, fait dormir en prison comme un malpropre alors que c'est moi-même qui ait demandé à être entendu. Je n'ai pas reçu de convocation. Je me suis retrouvé là-bas en garde à vue, j'ai rien compris en fait.

Ça va se terminer comment cette affaire ?
Je ne suis pas coupable. Je ne joue pas avec les caméras, je ne joue pas un jeu, moi. Je suis là pour être sincère et j'espère que ça va bien se terminer, qu'on va tous être bien, que ce soit Mathieu, moi, mon ami (ndlr Karim Zenati). Et voilà et qu'on retourne tous en Equipe de France pour gagner cet Euro.

>>> A LIRE AUSSI :  Ce qu'a dit Karim Benzema à la justice

Commenter cet article

  • pasard : L'interview du grand intellectuel philosophe Karim Benzema est une leçon pour l'humanité. Méditons !

    Le 03/12/2015 à 17h57
  • alain25 : Je commence à croire Benzema,faisons lui confiance encore une fois

    Le 03/12/2015 à 17h18
  • grognoonn : La tf1 aurait pu s'abstenir.

    Le 03/12/2015 à 16h20
  • bob420 : D'ailleurs martcat1, Sarkozy l'a même défendu contre les attaques de Valls ! j vous le dis, c'est tous les 2 des voyous ! même si c'est deux pègres différentes!

    Le 03/12/2015 à 13h30
  • francais41 : Francais41 Vous avez entierement raison, ce type est un voyou et : comme il le dit "un exemple pour les jeunes" ou il doit leur apprendre a ne pas apprendre et chanter la Marseillaise. Savoret

    Le 03/12/2015 à 13h28

      Euro 2016 : Patrice Evra répond à vos questions

      logAudience