En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Nasri, Mvila, Ben Arfa et Ménez devant leurs juges


le 27 juillet 2012 à 06h37 , mis à jour le 27 juillet 2012 à 12h57.
Temps de lecture
3min
À lire aussi
SportLes quatre joueurs auteurs d'incartades durant l'Euro-2012 risquent de la simple réprimande à la suspension et auront dix jours pour faire appel en cas de sanction.

La commission de discipline de la  Fédération française de football (FFF) juge vendredi Samir Nasri, Yann Mvila,  Hatem Ben Arfa et Jérémy Ménez, auteurs durant l'Euro-2012 d'incartades qui ont nui à l'image de l'équipe de France. Les quatre joueurs risquent de la simple  réprimande à la suspension et auront dix jours pour faire appel en cas de sanction. Ce nouveau feuilleton survient deux ans après la grève de l'entraînement des "mutins de Knysna" lors du Mondial-2010, qui avait débouché sur la  suspension de quatre joueurs, Anelka (18 matches), Evra (5), Ribéry (3) et Toulalan (1), Abidal étant blanchi. Les faits reprochés cette fois-ci sont moins graves. Le président de la FFF  Noël Le Graët avait d'ailleurs jugé, le 3 juillet, que d'éventuelles  suspensions ne seraient "pas raisonnables".

La commission tiendra-t-elle cependant compte du mécontentement populaire  vis-à-vis de ces joueurs? Les cas sont très dissemblables. Nasri a été convoqué pour ses insultes  envers la presse, Ben Arfa pour sa courte altercation avec le sélectionneur Laurent Blanc dans le vestiaire de France-Suède (0-2), Ménez pour avoir rembarré son capitaine Hugo Lloris et insulté l'arbitre d'Espagne-France (2-0),  et Mvila pour avoir regagné sa place sur le banc lors du même match sans serrer  la main de son entraîneur ni de son remplaçant, Olivier Giroud. Blanc a été invité à témoigner, mais sans aucune contrainte.

Des quatre joueurs, c'est Nasri qui risque le plus. Il a commencé l'Euro en  célébrant son but égalisateur contre l'Angleterre (1-1) d'un "Ferme ta gueule!"  adressé au journal L'Equipe puis l'a terminé par une salve d'insultes envers un  journaliste de l'AFP à l'issue du quart Espagne-France. Il avait adressé ses excuses aux supporteurs sur son compte twitter le 27  juin, évoquant "une affaire personnelle entre quelques journalistes et moi". Sa présence n'est pas impossible, selon une source proche du dossier. Seul Mvila, qui avait vite déminé son cas sur son site internet, a confirmé  sa venue.   Ménez, en tournée aux Etats-Unis avec le Paris SG, sera représenté par son  avocat. Il a dit à L'Equipe qu'il avait envoyé une lettre d'excuses à la FFF  "pour (son) absence et pour les faits qui (lui) sont reprochés". Concernant Ben Arfa, sa venue n'est pas sûre, mais son avocat s'est saisi  du dossier.

Commenter cet article

  • 33a25a52 : Si la commission ne tient pas compte de la colére populaire....elle sera aussi peu crédible que les joueurs" délictueux".......après tout le ministre de tutelle doit pouvoir sanctionner directement aprés avis de la fédération car les deniers du contribuable sont aussi distribués aux fédés....donc il y a des comptes à rendre....

    Le 27/07/2012 à 10h48
  • chachacon : Il faut les virer mais nous savons tous que cela ne se fera jamais pas plus si l. BLANC était resté qu'avec D. DESCHAMPS ce n'est pas ces personnes qui ont les pouvoirs à la FFF

    Le 27/07/2012 à 10h22
  • bugscannes : Simple les virer definitivement de l'equipe de France

    Le 27/07/2012 à 08h13
  • droitdevant : C est simple pour DD, ne plus les selectionner en EDF et donner leur chance a ceux qui en veulent

    Le 27/07/2012 à 07h38
      Nous suivre :
      Griezmann, Evra, Debuchy : mercato chez les Bleus

      Griezmann, Evra, Debuchy : mercato chez les Bleus

      logAudience