En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×

Vidéos politique

rossignol4

Polémique à Nice : "L'unité du peuple attaquée est déterminante", selon Laurence Rossignol

Politique - - 39 secondes

Invitée politique de Renaud Pila, Laurence Rossignol s’est exprimée sur la polémique entre la chef du Centre de supervision urbain de Nice qui dit avoir subi des pressions du cabinet du ministère de l'Intérieur et Bernard Cazeneuve. "Personne n'est responsable de ce climat, notre rôle c'est de donner confiance aux Français sur leur capacité à être unis pour faire face au terrorisme ", a estimé la ministre des familles, de l’enfance et des droits des femmes.

rossignol2

Polémique à Nice : "On est dans le complotisme le plus total", selon Laurence Rossignol

Politique - - 33 secondes

Invitée politique de Renaud Pila, Laurence Rossignol s’est exprimée sur la polémique entre la chef du Centre de supervision urbain de Nice qui dit avoir subi des pressions du cabinet du ministère de l'Intérieur et Bernard Cazeneuve. "Le débat politique c’est une chose, mais il ne peut pas porter sur la suspicion, la mise en cause de l’engagement de l’Etat, du ministère de l’Intérieur, des services de police et de gendarmerie qui sont impliqués dans la lutte contre le terrorisme, sinon on ne croit plus personnes", a estimé la ministre des familles, de l’enfance et des droits des femmes.

rossignol

Rossignol tacle Estrosi : "Il devrait s’interroger sur ce qu'il se passe dans sa ville"

Politique - - 1min 03s

Invitée politique de Renaud Pila, Laurence Rossignol s’est exprimée sur la polémique entre la chef du Centre de supervision urbain de Nice qui dit avoir subi des pressions du cabinet du ministère de l'Intérieur et Bernard Cazeneuve. La ministre des familles, de l’enfance et des droits des femmes s’est est prise au président de la région PACA, Christian Estrosi. "On a eu des témoignages sur des dérapages racistes, y compris à l’égard des victimes, et des familles des victimes". "Je crois que Monsieur Estrosi, qui est un peu encore maire de Nice semble-t-il, devrait aussi s’interroger sur ce qu’il se passe dans sa ville pour que des dérapages de ce type puissent se laisser aller", a-t-elle estimé.

pila

Primaire à droite : un été faussement calme pour les candidats

Politique - - 3min 57s

L'EDITO DE RENAUD PILA. Le 25 août marque la fin des déclarations de candidature. D'ici cette date, l'actuel président des Républicains, Nicolas Sarkozy, devra donc officiellement sortir du bois. Au total, une douzaine de prétendants s'activent en coulisses. "L'organisation de la primaire de la droite, qui aura lieu les 20 et 27 novembre prochain, se passe bien, assure Renaud Pila. Mais la campagne risque de se corser à la fin de l'été. L'écart se resserre entre les principaux candidats, les jeux sont loin d’être faits.".

Terrorisme : les principales annonces de François Hollande après le Conseil de défense

Terrorisme : les principales annonces de François Hollande après le Conseil de défense

Politique - - 1min 01s

À la suite d'un nouveau conseil de défense à l'Élysée, François Hollande a pris publiquement la parole. Il a précisé que l'artillerie française serait mise à disposition des troupes irakiennes, mais qu'aucune troupe française ne serait déployée au sol ni en Irak, ni en Syrie. Le président a aussi écarté toute mise en cause de Bernard Cazeneuve concernant un manque de sécurité à Nice lors des festivités du 14 Juillet.

Hollande: Paris va mettre de l'artillerie française à disposition de l'armée irakienne

Hollande: Paris va mettre de l'artillerie française à disposition de l'armée irakienne

Politique - - 13 secondes

Le président François Hollande a annoncé vendredi sa décision de mettre à disposition des forces irakiennes dans le cadre de la coalition anti-groupe Etat islamique "des moyens d'artillerie", qui seront "sur place le mois prochain". "Ce matin, en Conseil de défense, j'ai pris la décision dans le cadre de la coalition anti-Daech de mettre à la disposition des forces irakiennes des moyens d'artillerie. Ils seront sur place le mois prochain", a déclaré M. Hollande à l'Elysée, à l'issue d'un quatrième Conseil de défense depuis l'attentat de Nice, le 14 juillet, qui a fait 84 morts.

Attentat de Nice: Bernard Cazeneuve "a toute ma confiance", assure Hollande

Attentat de Nice: Bernard Cazeneuve "a toute ma confiance", assure Hollande

Politique - - 45 secondes

Le chef de l'Etat a réaffirmé son soutien au ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve, qui a "toute sa confiance", alors qu'il est la cible de critiques de la droite, à l'issue d'un conseil de défense à l'Elysée, le quatrième depuis l'attentat du 14 juillet à Nice, qui a fait 84 morts.

Nice : la réponse de Libération à Cazeneuve concernant l'enquête sur les effectifs de sécurité

Nice : la réponse de Libération à Cazeneuve concernant l'enquête sur les effectifs de sécurité

Politique - - 33 secondes

Libération répond à Bernard Cazeneuve après l'enquête du journal sur les effectifs de sécurité le soir du 14 Juillet à Nice. Le ministre de l'Intérieur avait dénoncé un procédé complotiste de la part du journal, mais avait confirmé les informations révélées : une seule voiture de police municipale interdisait l'accès à la zone piétonne.

Brexit : François Hollande disposé à laisser du temps à Theresa May

Brexit : François Hollande disposé à laisser du temps à Theresa May

Politique - - 50 secondes

Ce jeudi, le président de la République recevait à l'Elysée la nouvelle Première ministre britannique Theresa May. Sur la question du Brexit, le chef de l'Etat a accepté de laisser plus de temps au Royaume-Uni concernant le Brexit. Cependant, il a insiste sur le fait que "le plus tôt sera le mieux, dans l'intérêt commun".

Etat d'urgence prolongé de six mois : de nouvelles mesures antiterroristes votées

Etat d'urgence prolongé de six mois : de nouvelles mesures antiterroristes votées

Politique - - 1min 33s

Moins d’une semaine après l’attentat de Nice, députés et sénateurs se sont mis d’accord, mercredi pour prolonger l’état d’urgence jusqu’à fin janvier 2017. Les députés ont accepté des amendements des sénateurs interdisant les rassemblements dont la sécurité ne serait pas assurée, et facilitant la fermeture des lieux de culte dans lesquels sont tenus des propos incitant à la haine et à la violence. Ils ont en revanche refusé l'application du régime de la rétention de sûreté et de la surveillance de sûreté aux personnes condamnées pour terrorisme.

  1. Précédent
  2. 1
  3. 2
  4. 3
  5. 4
  6. 5
  7. 6
logAudience